Covid-19 : La solidarité féminine comme rempart

Article : Covid-19 : La solidarité féminine comme rempart
24 avril 2020

Covid-19 : La solidarité féminine comme rempart

Avec cette pandémie qui touche le monde, certains pays ont décidés de confiner leur population jusqu’à éradiquer cette maladie. Chez moi à Abidjan, on choisit de s’auto confiner, le confinement n’est pas obligatoire. Alors vu que je me suis auto-confinée et que je suis au chômage technique, j’ai repris la plume. Écrire libère l’esprit et lire nourrit l’âme.

J’ai démarré une série de discussion sur ma page Facebook Tchewôlô afin de maintenir le lien avec mes abonnés. Tous les sujets tourneront bien évidemment autour de la femme avec souvent des exceptions et nous aurons à la fin de chaque sujet une synthèse réalisée par une femme inspirante que nous appellerons la consultante.

Le premier sujet que nous avons abordé, traitait de la solidarité féminine: mythe ou réalité ?

Je n’ai réellement pas été surprise des dires de chacun des intervenants mais j’ai compris que c’est très important de promouvoir le TOUTES POUR UNE ET UNE POUR TOUTES, une sorte de tous pour un et un pour tous au féminin.

On entend régulièrement que les femmes entre elles, se font pas de cadeau. Que les vrais bourreaux de la femme, ce sont les femmes elles-mêmes. Certes, mais est-ce pour cela que nous devons affirmer que les femmes ne sont pas solidaires entre elles ?

Pour ma part, j’y crois très sincèrement. Solidarité est un mot féminin. Ce mot signifie entraide, se tenir main forte, porter secours à l’autre. Penser aujourd’hui que les femmes ne sont pas solidaires entre elles et utiliser cela comme une arme dans la lutte pour nos droits est une chose tellement mesquine.

La solidarité est féminine.

La solidarité est femme. Elle est ainsi depuis la nuit des temps. La jalousie, nos crises de nerfs qui profitent aux hommes pour nous désunir est fortuite. Oui, la polygamie, les postes en entreprises, les rivalités etc… Sont les outils que les hommes utilisent pour nous déstabiliser. Combien de femme se sont entre tuées, blessées, brisées, envoûtées pour un homme ou pour une place dans une entreprise ?

Ils ont peur de nous voir unies, peur de nous voir agir ensemble, peur qu’on soit forte seule mais surtout invincibles ensemble.

La solidarité est féminine.

A ma naissance, ma mère s’est faite aider par une sage-femme. Elle a aidé maman à me mettre au monde. Une fois arrivée, mes différents bains ont été faits par ma grand-mère, puis par ma mère elle-même. Mon aînée a pris soin de moi comme si j’étais sa fille avec l’aide de la nounou. Puis j’ai commencé à aller à l’école. J’ai rencontré des filles superbes à l’école. Parmi elles, certaines sont aujourd’hui mes meilleures amies. Pour mes fournitures, mes sœurs étaient là pour épauler les parents. Je suis venue en aide à plusieurs petites filles au collège et au lycée. Arrivée dans le domaine professionnel, j’ai fait la rencontre de femmes exceptionnelles qui m’ont adoptée. Je continue de recevoir d’elle des leçons de vie. J’ai créé ce blog pour honorer les femmes. Parce que pour moi, elles sont une merveille. Elles sont toutes battantes et doivent être célébrées

Les réactions de mes abonnés sur Facebook sont mitigées. Ils soutiennent quelque part cette solidarité entre les femmes mais restent méfiants. Lire les commentaires sur cette publicaiton.

Je me suis donc penchée vers ma marraine pour mieux comprendre ce sentiment mitigé, que les gens ont concernant la solidarité féminine.

Voilà ce qu’elle m’a dit:

« Oui oui oui la SOLIDARITÉ FÉMININE j’y crois fermement parce que Je suis de nature optimiste et je le revendique.« 

Les initiatives d’entraides par les femmes et pour les femmes se multiplient aujourd’hui. Je suis très heureuse et fière de faire partie d’une génération qui a conscience que seule la solidarité féminine pourra nous aider à aller de l’avant, Je pense aux liens, serrés, qu’on entretient toutes avec nos voisines. À ceux, précieux, avec nos amies. Et à ceux, vitaux, avec nos sœurs. Les clés de la solidarité féminine résident peut-être là : dans cette bienveillance, cette prévenance, ce respect, cette écoute, cette ouverture. Quand ça va bien, on se donne la main. Quand ça va mal, on offre son épaule, un sourire, un soutien aussi minime soit-il.

C’est pour moi le chemin assuré vers l’émancipation véritable de la femme. Des grandes dames telle que Nabou Fall qui n’est plus à présenter, cette afro-trotter qui traverse le continent pour se mettre au service des femmes. De grandes sœurs comme Sefora Kodjo qui se bat pour le droit à l’éducation des adolescentes, des jeunes dames extraordinaires comme Siata Traoré qui grâce à son blog transmet des messages, tire sur la sonnette d’alarme, sensibilise toutes celles qui ont le bonheur de lire ses lignes… la liste n’est pas exhaustive…

Oh oui je crois à la solidarité féminine, même si il y’a encore beaucoup d’égo entre les femmes, même si derrière les larmes d’une femme se cache bien souvent une autre femme, malgré des comportements peut honorables qui je suis sûre n’ont pas de longs jours heureux à venir. Je crois sans hésiter à cette solidarité qui se solidifie chaque jour un peu plus. Le chemin est long, mais nous avons déjà pris le départ et nous y arriverons certainement. »

Son dernier paragraphe m’a fait comprendre la réaction des uns et des autres. On peut ne pas s’aimer, on peut avoir des conflits d’intérêt mais nous sommes disponibles les unes pour les autres.

Et vous ? Quel est votre avis sur le sujet ?

Surtout n’oubliez pas, le Covid-19 est réel, lavez vous fréquemment les mains avec de l’eau et du savon, portez des masques de protections, sortez que pour le nécessaire et évitez tout contact.

MERCI !

Tchewôlô, Femme noire, femme du monde parlons d’elles!!

Partagez

Commentaires